TEFAF Maastricht 2017 – Donald Ellis Gallery – New York

 

1-6 ellis (0)a.jpg

tefaf.jpg

TEFAF MAASTRICHT

MARCH 10-19, 2017
THE NETHERLANDS

http://www.tefaf.com/

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

 

Donald Ellis Gallery

Historical Native American art

New York

info@donaldellisgallery.com
www.donaldellisgallery.com

 

http://tefaf.artsolution.net/gallery/Donald-Ellis-Gallery

+++++++++++++++++++++++++++++

 

1-6 ellis (1).JPG

1-6 ellis (1)a.JPG

1-6 ellis (2).JPG

 

1-6 ellis (3).JPG

1-6 ellis (4).JPG

1-6 ellis (5).JPG

1-6 ellis (6).JPG

1-6 ellis (7).JPG

1-6 ellis (8).JPG

1-6 ellis (9).JPG

1-6 ellis (10).JPG

1-6 ellis (11).JPG

1-6 ellis (12).JPG

1-6 ellis (13).JPG

1-6 ellis (14).JPG

1-6 ellis (15).JPG

1-6 ellis (17).JPG

1-6 ellis (18).JPG

1-6 ellis (19).JPG

1-6 ellis (19)a.JPG

1-6 ellis (21).JPG

1-6 ellis (22).JPG

1-6 ellis (23).JPG

1-6 ellis (25).JPG

1-6 ellis (26).JPG

1-6 ellis (27).JPG

1-6 ellis (28).JPG

1-6 ellis (32).JPG

1-6 ellis (33).JPG

1-6 ellis (34).JPG

1-6 ellis (35).jpg

1-6 ellis (40).JPG

 

Publicités

Paris Tribal 2014 – Galerie Flak: Indiens d’Amérique

 

10 flak (3).JPG

 

Paris tribal 2014

du 3 au 6 Avril 

+++++++++

++++++

Galerie Flak

INDIENS D’AMERIQUE

 3 avril au 3 mai 2014 

contact@galerieflak.com 

galerieflak.com

La galerie Flak présente une exposition consacrée aux Arts des Indiens d’Amérique du Nord, avec une sélection d’œuvres exceptionnelles des Indiens des Plaines. Seront notamment exposés des coiffes de guerre, des tomahawks et calumets, des boucliers et de rares vestes de guerre. 

10 flak (4).JPG

10 flak (5).JPG

10 flak (6).JPG

10 flak (7).JPG

10 flak (9).jpg

10 flak (10).JPG

10 flak (11).JPG

10 flak (12).JPG

10 flak (13).JPG

10 flak (14).JPG

10 flak (15).JPG

10 flak (16).JPG

10 flak (17).JPG

10 flak (18).JPG

10 flak (19).JPG

10 flak (20).JPG

10 flak (21).jpg

10 flak (22).jpg

10 flak (23).JPG

10 flak (24).JPG

10 flak (26).JPG

10 flak (27).JPG

 

Parcours des mondes 2013 à Paris – Poupées Kachina des Indiens Hopi et Zuni à la Galerie Flak

– Parcours des Mondes –

 Paris

du 10-09 au 15-09-2013

flak kachina (2).JPG

KATSINAM

Poupées Kachina des Indiens Hopi et Zuni

Kachina Dolls of the Hopi and Zuni Indians

++++++++++++++

Galerie FLAK

Arts d’Afrique, d’Océanie et d’Amérique du Nord

Edith & Julien Flak

8, Rue des Beaux-Arts – Paris

http://www.galerieflak.com/

http://www.galerieflak.com/esprit-kachina/

 flak kachina (27).JPG

Exposition du 10 Septembre au 2 Novembre 2013

flak kachina (3).JPG

Poupées kachina chez les Indiens Hopi et Zuni.

« Etoiles filantes, cumulus, maïs, clowns, ogres, courges, demoisellespapillon : un inventaire à la Prévert ? Non, ce ne sont là que quelques exemples de figures que l’on peut croiser dans le panthéon remuant des kachinas.
A la fois poupées rituelles, esprits, ancêtres ou danseurs : le terme « kachina » ou « katsina » (au pluriel « katsinam ») qu’utilisent les Indiens Hopi et Zuni d’Arizona et du Nouveau-Mexique recouvre toutes ces notions. Un terme à facettes multiples pour un culte d’une richesse et d’une vitalité extraordinaires.
C’est de cette source inépuisable d’émotions et d’évocations que nous voulons témoigner au travers de notre exposition «Katisnam». »

Texte from: http://www.parcours-paris.eu/index/pages/id_page-81/lang-fr/

flak kachina (5).JPG

flak kachina (6).JPG

flak kachina (8).JPG

flak kachina (10).JPG

flak kachina (9).JPG

flak kachina (11).JPG

flak kachina (12).JPG

flak kachina (13).JPG

flak kachina (14).JPG

flak kachina (15).JPG

flak kachina (16).jpg

flak kachina (17).jpg

flak kachina (18).jpg

flak kachina (19).jpg

flak kachina (20).JPG

flak kachina (21).jpg

flak kachina (22).jpg

flak kachina (23).JPG

flak kachina (24).JPG

flak kachina (25).JPG

flak kachina (26).JPG

flak kachina (28).JPG

flak kachina (29).JPG

flak kachina (31).JPG

flak kachina (32).JPG

flak kachina (33).JPG

flak kachina (34).JPG

flak kachina (35).jpg

flak kachina (36).JPG

flak kachina (37).JPG

flak kachina (38).JPG

Catalogue

+++++

ESPRIT KACHINA

Poupées, mythes et cérémonies chez les Indiens Hopi et Zuni

KACHINA SPIRIT

Dolls, Myths and Ceremonies of the Hopi and Zuni Indians

Textes Français-Anglais de B. Wright, P. Amrouche, F. Ndiaye et N. Rheims

Plus de 100 poupées kachina reproduites et décrites

Over 100 kachina dolls illustrated and described 

Une publication Galerie Flak

8, rue des Beaux Arts 75006 Paris, France

e-mail : contact@galerieflak.com

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Voir aussi 

 HEARD Museum; Hopi Culture – Phoenix

Le Heard Museum se compose d’un ensemble de galeries où sont présentées les cultures Apache, NavajoZuniHopi avec entre autre une exceptionnelle collection de plus de 400 poupées kachinas de la collection Barry M. Goldwater.  

http://sanza.skynetblogs.be/archive/2012/03/29/phoenix-heard-museum

Exposition: Monde Premier – Jean-Pierre Dutilleux

monde-premier 2a.JPG

MONDE PREMIER

****

Jean-Pierre Dutilleux

au Malmundarium


Place du Châtelet, 10 à Malmedy

du 28 avril au dimanche 28 octobre 2012

****

Cinéaste et photographe spécialisé dans le reportage ethnographique, Jean-Pierre Dutilleux a grandi à Malmédy en Belgique. Depuis 35 ans, Jean-Pierre Dutilleux filme et photographie, aux quatre coins du monde, les derniers peuples vivant encore en marge du monde moderne. A l’occasion de son exposition Monde Premier, l’ethnographe met en valeur 12 ethnies exceptionnelles localisées en Asie, en Afrique et en Amazonie.

 04 monde-premier 2b.JPG

Engagé en 1972 comme assistant sur le tournage d’Etat de siege de Costa-Gavras au Chili, Jean-Pierre Dutilleux ne quittera plus la camera. En 1973, en Amazonie, il réalise son premier documentaire, Indians (1973), sur la tribu des Txucarramae. Ce premier film est diffusé par la BBC, en Europe et au Brésil. En 1975, il reçoit l’aide du magazine Time Life et d’un musée d’anthropologie pour réaliser un film sur les Asmats de Nouvelle-Guinée. Wow (1975), mot asmat qui signifie ” sculpteur “, peint la vie de cette tribu connue pour ses sculptures et ses traditions cannibales. De nouveau, le film est diffusé par la BBC dans le monde entier. L’année suivante, cette chaîne de télévision charge Jean-Pierre Dutilleux de fournir un documentaire sur les anthropologues Villas et Boas, candidats au prix Nobel, et c’est Xingu, the white man is coming, réalisé au Brésil. Lors du tournage de son premier film, Jean-Pierre Dutilleux avait été fasciné par le charisme du chef indien Raoni.Il décide de lui consacrer un long métrage: introduit et commenté par Marlon Brando, Raoni (1977) est nominé aux oscars en 1979. Dix années après, Jean-Pierre Dutilleux organise une tournée mondiale avec Raoni lui-même pour lever des fonds en faveur des Indiens d’Amazonie. Au milieu des années 1980, il fonde avec le chanteur Sting la Rainforest foundation dont l’objectif est de sensibiliser l’opinion publique aux conditions de vie des Indiens. La présence en 2010 à l’Abbaye de Raoni et de Jean Pierre Dutilleux, invités de l’Association des Jeunes Scientifiques Luxembourg a décidé de la grande exposition proposée cette année. Une sélection d’une centaine de photos de 12 tribus représentatives des peuples du « Monde Premier » aux 4 coins du monde (Amazonie, Afrique, Philippines, Indonésie, Nouvelle-Guinée) et des objets, de la collection personnelle de Jean-Pierre Dutilleux, représentatifs de chaque tribu. Par ailleurs 12 écrans plats diffuseront en boucle 12 documentaires réalisés par Dutilleux au fil de « Ce long périple (qui) m’a mené vers les endroits les moins connus de notre planète, car c’est là que se situent les derniers retranchements de ce Monde Premier. Une soixantaine de tribus visitées, une trentaine de films, des milliers de photos, de nombreux reportages et cinq livres reflètent cet envoûtement que j’ai ressenti dès ma première rencontre en 1973 avec ces témoins vivants de notre lointain passé. Rescapés de l’âge de pierre, ils ont réussi, malgré de nombreuses difficultés, à traverser les âges et à survivre jusqu’à nos jours. Pourtant, à l’aube du troisième millénaire, la plupart de ces tribus vivent dans des environnements menacés. Elles sont les gardiennes des derniers territoires préservés et non pollués de notre planète. Ce Monde Premier disparaît, hélas, inéluctablement. Mon souhait est que ces photos, films et livres donnent envie d’en savoir plus sur ces peuples menacés et de soutenir leurs combats pour une juste reconnaissance de leurs droits. Avec mes photographies et mes films ethnographiques, je tente de capturer les modes de vie et les traditions du monde tribal avant qu’ils ne soient trop altérés, ce qui arrive inévitablement lorsque ces peuples rentrent en contact avec le monde moderne. » Jean-Pierre Dutilleux Organisé par le Centre Culturel de Rencontre Abbaye de Neumünster (CCRN) en collaboration avec l’Association Jeunes Scientifiques Luxembourg (AJSL).

http://www.ajsl.lu/2011/06/exposition-monde-premier-de-jean-pierre-dutilleux/

http://mondepremier.e-monsite.com/pages/jean-pierre-dutilleux/biographie.html

 

04 monde-premier 2c.JPG

Asmat, Korowai et Una (Indonésie); Sepik et Toulambi (Papouasie); Masuane (Iles Moluques); Agta (Philippines)

asmat (2).jpg

asmat (3).JPG

asmat (4).jpg

asmat (5).jpg

asmat (6).JPG

asmat (7).jpg

asmat (8).jpg

asmat (9).JPG

asmat (10).JPG

asmat (11).JPG

asmat (12).JPG

asmat (13).jpg

asmat (14).JPG

asmat (15).JPG

asmat (16).JPG

asmat (17).JPG

asmat (18).JPG

asmat (19).jpg

asmat (20).JPG

asmat (21).JPG

sepik 02.JPG

sepik 03.JPG

sepik 04.JPG

sepik 05.JPG

korowai 01a.jpg

korowai 02.JPG

korowai 03.JPG

korowai 04.JPG

una 01.jpg

una 02.jpg

una 03.JPG

una 04.JPG

una 05.JPG

una 06.JPG

toulambi 01.jpg

toulambi 02.JPG

toulambi 03.JPG

toulambi 04.JPG

masuane 01.JPG

masuane 02.jpg

masuane 03.JPG

04 monde-premier 3.JPG

Mikéa (Madagascar); Mursi (Ethiopie)

mikea 01.JPG

mikea 02.JPG

mikea 03.JPG

mursi 01.jpg

mursi 02.JPG

mursi 03.JPG

mursi 04.JPG

mursi 05.JPG

04 monde-premier 4.JPG

Kayapo, Zoé, Awa Guaja, Kamaiura, Yawalapitis (Amazonie Brésilienne)

 

Amazonie 00.jpg

Amazonie 16.jpg

Amazonie 01.jpg

Amazonie 02.jpg

Amazonie 02a.JPG

Amazonie 03.JPG

Amazonie 04.JPG

Amazonie 05.jpg

Amazonie 06.JPG

Amazonie 07.JPG

Amazonie 08.JPG

Amazonie 09.JPG

Amazonie 10.JPG

Amazonie 11.JPG

Amazonie 12.JPG

Amazonie 13.JPG

Amazonie 14.JPG

Amazonie 15.JPG

Amazonie 17.JPG

Amazonie 17a.JPG

D’or et de plumes – Van goud en veren – Of gold and feathers

Cette EXPOSITION est TERMINEE !

1 or plumes 01.JPG

D’or et de plumes

Van goud en veren

Of gold and feathers

Systèmes d’échange et de valeurs au Brésil

*******

Musée de la Banque nationale de Belgique

http://www.nbbmuseum.be/expo/fr/expo_home.htm

http://www.nbbmuseum.be/doc/PROJET%20EUROPALIA_FR.pdf

rue du Bois sauvage 10 – 1000 Bruxelles

08.10.2011 au 15.01.2012

http://www.europalia.eu

Tous basés sur la notion de rareté, les systèmes d’échange et de valeurs ne sont cependant pas universels. Le Brésil en donne des exemples frappants. Un même environnement géographique sera lu de manière différente par différents groupes humains. Les peuples amérindiens qui y vivent depuis des millénaires baseront par exemple leur système de valeurs sur la rareté des plumes brillamment colorées de certains oiseaux, qui fonderont un ensemble complexe d’échanges symboliques, sociaux et économiques.

 En quête d’un nouvel Eldorado, les colons seront indifférents à ces plumes, mais chercheront l’or charrié par les boues des fleuves ou enfoui sous la terre; cet or qui est historiquement lié de manière intime à l’essor de l’économie marchande et du capitalisme occidental.

L’exposition « D’or et de plumes » replace non seulement l’exploitation de l’or dans l’histoire du Brésil, mais met également le métal jaune en parallèle avec d’autres objets utilisés comme signe de richesse ou de statut social par les groupes amérindiens du bassin de l’Amazone.

Pour les colons portugais, le Brésil était avant tout une terre de conquête économique. La colonie a connu une succession de cycles traduisant la découverte, l’essor et le déclin de diverses matières premières. Étant donné que l’or occupait le sommet de l’échelle des valeurs des Européens, ceux-ci se sont d’emblée lancés dans une quête effrénée du métal jaune. Ce n’est toutefois qu’au XVIIIe siècle que les expéditions ont commencé à porter leurs fruits. Les découvertes spectaculaires réalisées à cette époque ont justifié l’appellation de « cycle de l’or » pour la période s’étendant du tournant du siècle à environ 1770.

Les Indiens s’étonnaient de cette soif d’or dont souffraient les colons. Le métal jaune n’a en effet pas de valeur particulière à leurs yeux. Les plumes chamarrées de certains oiseaux de la forêt leur semblent bien plus précieuses. Certes, les plumes ne sont pas aux Indiens ce que l’or est aux Occidentaux, mais elles ont, pour eux, une valeur inestimable. Les diverses parures de plumes qu’ils portent lors des rituels et initiations leur permettent de devenir des membres à part entière de leur communauté. Elles traduisent en outre l’image que les Indiens se font du monde, un monde dans lequel l’oiseau est une créature idéale, intermédiaire entre terre et ciel. En s’identifiant à eux, les Indiens se rapprochent autant que possible de cet idéal.

Cette première partie de l’exposition est illustrée par de remarquables collections de pièces d’or et de parures en plumes.

Aujourd’hui encore, les garimpeiros poursuivent – comme les colons au XVIIIe siècle – la quête de l’or, dans l’espoir d’une vie meilleure. La troisième partie de l’exposition, plus contemporaine, présente un reportage photographique sur des exploitations aurifères artisanales dans le bassin de l’Amazone. Elle permet d’aborder un autre aspect de la fascination qu’exerce l’or, et les dangers qui peuvent en résulter, tant au niveau humain qu’environnemental. 

L’exposition de la Banque réunit trois collections:

2 La collection de monnaies en or du Banco central do Brasil, qui revisite l’histoire monétaire du pays depuis la première frappe hollandaise de 1645.

2 Une collection de parures amérindiennes du Brésil, provenant notamment du Musée de Tervuren, qui témoignent de la persistance des systèmes de valeurs traditionnels des peuples du bassin de l’Amazone, basés notamment sur la symbolique des plumes et se développant en marge de l’économie monétaire d’origine occidentale.

2 Un reportage original, commandé spécialement par la Banque aux photographes Ricardo Funari et João Roberto Ripper, deux photographes brésiliens de renom. Il dresse un état des lieux de l’actuelle prospection aurifère à Água Branca (État du Pará), en pointant les coûts humains, écologiques et sociaux, mais en faisant aussi ressortir l’aspect épique de cette aventure. 

Les textes ci-dessus proviennent de:

http://www.nbbmuseum.be/expo/fr/expo_home.htm

http://www.nbbmuseum.be/doc/PROJET%20EUROPALIA_FR.pdf

 

Catalogue

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

Auteurs:

  • Banco Central do Brasil
  • De Putter Thierry
  • Maes Ivo
  • Leduc-Grimaldi Mathilde
  • Verswijver Gustaaf

Musée de la Banque nationale de Belgique, 2011 – 224 p.

Disponible: Français, Néerlandais, Anglais

**************************************************************************

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

d'or et de plumes,brésil,nbbmuseum

Arizona – Montezuma castle

 montezuma 01.JPG

Montezuma Castle est situé dans la Verde Valley à 25 miles au sud de Sedona non loin de Camp Verde (Arizona).

Appelé Montezuma Castle, car les premiers colons Anglo-européens qui arrivèrent dans la vallée à la fin du 19ème siècle crurent que cet imposant ensemble d’habitations troglodytes construites dans la falaise à plus de 30m du sol avait été érigé par les Aztèques au temps de Montezuma !

Ces anciennes constructions furent érigées au 12 ème siècle ap. J.C. par les indiens Sinagua, une culture entre les Anasazi dans le nord et les Hohokam au sud. On pense que les Sinagua sont arrivés dans la vallée vers l’an 650 ap. J.C. et qu’ils abandonnèrent ces falaises dans les années 1400 ap. J.C.

montezuma 02.JPG

montezuma 03.JPG

montezuma 04.JPG

montezuma 05.JPG

montezuma 06.JPG

montezuma 07.JPG

montezuma 08.JPG

montezuma 09.jpg

montezuma 10.JPG

montezuma 11.JPG

montezuma 12.JPG

IMG_4507a.JPG

montezuma 13.jpg

montezuma 14.JPG

montezuma 15.JPG

montezuma 17.JPG

IMG_50341.JPG